Collection Tuer la misère
André Robillard et Alexis Forestier

Expositions

André Robillard

André Robillard est né en 1931 au lieu dit "la mal tournée". Il entre en 1939 à l'école annexe du centre hospitalier Georges Daumezon de Fleury-les-Aubrais. «On entendait un bourdonnement dans le ciel par vagues successives.» Dans cet établissement, marqué par la naissance de la psychothérapie institutionnelle, sous l'impulsion notamment de Georges Daumezon puis de Roger Gentis, André Robilllard a acquis un statut d'auxiliaire en travaillant dès le début des années soixante pour le centre hospitalier; c'est ainsi qu'il trouve une forme d'autonomie en continuant à vivre néanmoins dans l'enceinte de l'établissement. Cette époque a correspondu avec la fabrication des premiers fusils et la réalisation de dessins; il vit toujours à Fleury-les-Aubrais, dans une maison indépendante, entourée de ses oiseaux.
Les premiers fusils datent de 1964; confiés par le docteur Paul Renard à Jean Dubuffet, ils ont circulé quelques années dans les Collections de l’art brut encore nomades, avant d’atterrir à Lausanne où le musée a ouvert ses portes en 1976. Depuis lors André Robillard n’a eu cesse de construire de nouveaux fusils, présents dans de nombreuses collections à travers le monde, dont celle notamment de l'Aracine (LaM - Villeneuve d'ascq)

André Robillard et Alexis Forestier se sont rencontrés en 2007 à Fleury-les-Aubrais, présentés l’un à l’autre par Charlotte Ranson ; une complicité s’est tissée entre eux au fil du temps et a fait naître l’idée d’un projet commun. Le spectacle « Tuer la misère» est né de cette rencontre. A l’invitation du LaM et à l’occasion de l’événement organisé pour les 80 ans d’André Robillard est né le projet « Changer la vie ».

Collection Tuer la misère

Les fusils de la « collection Tuer la misère » présentent cette double particularité qu’ils ont été construits parallèlement à la fabrication des spectacles « Tuer la misère » puis « Changer la vie » et hors de chez André Robillard, dans une sorte d’atelier mobile, au cœur ou dans l’immédiat prolongement du travail scénique, depuis un séjour à la Fonderie au Mans en mars 2008 jusqu'à la Quincaillerie des Laumes en juillet 2014, où la collection a trouvé son lieu. Les Spoutniks motorisés, présents ici sont le fruit d'une étroite collaboration entre Alexis Forestier et André Robillard, initiée en 2009 à Lyon et qui se prolonge encore aujourd'hui. Ils sont co-réalisés (construction à quatre mains) selon un principe de dessin sur lessiveuses puis de montage d'antennes et éléments divers.