Volia Panic
Création en 2019 au Théâtre Dijon Bourgogne

Dates

  • Création le 22 décembre 2019  au Théâtre Dijon Bourgogne
  • Du 23 au 26 janvier 2019 : au Théâtre Dijon Bourgogne - CDN
  • Du 05 au 07 février au 2 scènes - Scène nationale de Besançon
  • (Tournée 2019 - 2020 en construction)

Crédits

Conception : Alexis Forestier et Itto Mehdaoui

Avec Alexis Forestier, Itto Mehdaoui, Christophe Lenté, Jean-François Favreau (distribution en cours)

Son et Stroviol  :Alexis Auffray,
Lumière et video : Perrine Cado

avec la participation de l’artiste d’art brut André Robillard

en hommage à Jean-Paul Curnier

Production : Cie les endimanchés
Coproduction : Théâtre Dijon Bourgogne – CDN / Les 2 scènes – Scène nationale de Besançon

Liens

Cette création initiée dès 2015 s’élabore dans la perspective de proposer une pièce performative et/ou musicale à géométrie et tonalité variable ; elle peut s'apparenter à une forme de concert/conférence et dans ce cas se jouer dans un dispositif essentiellement sonore. Dans sa forme scénique plus élaborée elle inclura un déploiement d'objets volumineux qui seront manipulés et assemblés par les interprètes en vue de former une architecture scénique in situ, adaptée aux différents lieux proposés et assemblée durant la représentation.

Volia Panic est né d'un travail de recherche sur le Cosmisme russe1, ses origines philosophiques et religieuses son impact sur la période prolétarienne en Union soviétique et ses prolongements diffus sur la recherche scientifique jusqu'à nos jours. Héritage multiple d'un courant mystico-scientifique apparu à la fin du Dix-neuvième siècle sous l'impulsion notamment de Nicolaï Fiedorov, auteur de l'œuvre commune ou Philosophie de la tâche commune.

Le Cosmisme est à la fois utopie, projet de conquête, de même qu'expérience de déterritorialisation spatiale, esthétique et historico-politique. Le mouvement entretient une relation ambigüe avec certaines phases de l'édification du communisme, trouvant ses fondements et son essor dans une période pré-révolutionnaire  et se prolongeant de manière équivoque jusque dans le rayonnement scientifique que connût la conquête spatiale soviétique dans un contexte de guerre froide.

A l'invitation de l’observatoire de l’espace du CNES pour le Festival Sidérations, festival des imaginaires spatiaux en mars 2015, Alexis Forestier et Itto Mehdaoui créent une forme Légère prenant appui sur l'histoire du Cosmisme russe : Volia panic // concert

Il faut associer le mot Volia au mot qui en russe désigne précisément l’espace, le mot prostor, beaucoup plus chargé de connotations que dans toute autre langue, un mot qui renvoie à une conscience cosmique de la place de l’homme dans le monde. L’attraction de l’espace serait alors pour un Russe la manifestation d’un « esprit libre qu’incarne le monde des pâtures et des clairières », (…) L’utopie cosmique n’est pas seulement issue d’un rêve d’ailleurs, elle émane des strates profondes de la culture populaire et vient réconcilier les deux aspirations opposées qui depuis toujours se partagent l’âme russe entre l’attachement au lieu d’origine et l’expansion dans l’espace.

« Le cosmisme russe », Gerard Conio